Complètement ensuqué  

(Texte initialement publié sur Tumblr)

ensuqué, ensuquée, adjectif
Régional. Assommé, endormi sous l’effet du soleil, d’une drogue, etc. (Larousse)

Chez moi, ce matin, en train d’écouter le dernier album de Junip, pas vraiment endormi mais pas complètement réveillé non plus, quand ce mot m’est revenu à l’esprit. Je me suis dit : c’est beau, mais ça ensuque.

Ça faisait des années — depuis le décès de ma grand-mère, en fait — que je n’avais pas entendu, et encore moins utilisé, le mot ensuquer. Il n’est d’ailleurs pas certain que beaucoup de gens le connaissent.

C’est amusant d’ailleurs, parce que depuis enfant, j’étais à peu près certain que la racine du mot ensuquer avait quelque chose à voir avec le suc, comme le suc d’une plante ou le suc gastrique. Je me disais qu’être ensuqué, c’était être ramolli, coulant, proche de l’état liquide.

Chez moi, on l’employait (enfin, surtout ma grand-mère) pour désigner soit un enfant en bonne voie d’endormissement (ce qui est acceptable), soit un adulte pas franchement éveillé (ce qui l’est un peu moins). Ainsi par exemple, d’un commerçant pas très rapide à la détente ou d’un membre de la famille éloignée peu connu pour son intelligence ou sa réussite : Ouh là là, il est complètement ensuqué.

En fait, non seulement ensuquer n’a pas exactement ce sens, mais en plus le mot n’est pas aussi ancien que je le pensais. C’est surtout, explique Larousse sans plus de précisions, un terme “régional". De quelle région, on ne sait pas. Enfin oui, on sait, puisqu’on a fait une petite recherche complémentaire : ensuquer vient de l’occitan assucar, qui signifie “assommer". Être ensuqué, c’est donc être assommé. D’ailleurs, en occitan, suc désigne le dessus de la tête. Un ensuqué, c’est donc quelqu’un qui aurait l’air d’avoir pris un coup sur le dessus de la tête.

Tout cela est étrange, surtout compte tenu du fait que ma grand-mère, juive d’Oran de lointaine ascendance italienne, n’avait absolument rien d’occitan. Et puis je trouve l’étymologie officielle moins jolie que la mienne, même si l’usage familial fonctionne aussi bien avec.

Enfin, bref. Voilà.

 
4
Kudos
 
4
Kudos

Now read this

L'affaire Pérol en quatre questions

(Texte initialement publié sur Blogger) L'article 432-13 du Code pénal dispose, en son alinéa premier : Est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 Euros d'amende le fait, par une personne ayant été chargée, en tant que... Continue →