Le bras de Dieudonné  

(Texte initialement publié sur Blogger)

Polluxe a fait ce matin un excellent billet à propos de la liste “antisioniste” menée par Dieudonné.

Outre l'attitude à adopter, sur le fond, face à la théorie du complot développée par Dieudonné (stratégie qui n'est pas sans rappeler celle du Front national des années 80-90), Polluxe évoque un détail de la campagne de l'ancien comique reconverti dans le commerce de la haine : son affiche.

Elle commente tout d'abord la présence, sur la gauche de la photo, de ce qui semble être un rabbin (planté là soit pour contrecarrer les accusations d'antisémitisme, soit pour exciter un peu plus la rage du client — ou les deux). Puis elle décrit la gestuelle de Dieudonné lui-même :

Quenelle

Ce ne sont pas des gestes habituels comme les bras ballants ou croisés. Que veulent dire ses gestes ? Ont-ils un sens précis ? Est-ce un signe de reconnaissance ?

Un signe de reconnaissance : c'est probablement cela. Attardons-nous un instant sur l'expression dans le regard : Dieudonné semble demander à l'observateur : “Comprends-tu ce que je veux dire ? Saisis-tu mon message ? Ce geste, je ne peux pas le réaliser jusqu'au bout — c'est interdit. Mais je sais que nous nous comprenons.” D'ailleurs, observons la position du bras gauche : clairement, la main retient le bras droit, comme pour l'empêcher de finir un mouvement presque irrépressible.

La campagne est menée pour une Europe “libérée de la censure, du communautarisme, des spéculateurs et de l'OTAN”.

Mais où est exercée la censure ? Dans les médias. Et qui contrôle les médias ? À qui profite le communautarisme ? À la plus puissante des communautés. Mais laquelle est-ce ? Qui sont les spéculateurs, qui tiennent la haute finance ? Enfin, quel pays domine l'OTAN, et qui contrôle ce pays ?

On voit bien, en essayant de répondre à ces questions dans l'optique d'un programme “antisioniste”, de quoi – ou plutôt de qui – il faut libérer l'Europe. L'idée n'est pas nouvelle. En allemand, elle s'exprimait même en un seul mot.

Alors bien sûr, l'auteur de cette affiche reste dans la suggestion, et moi dans la supputation.

Mais au moins, je lui ai répondu.

 
7
Kudos
 
7
Kudos

Now read this

Dire “Je suis Charlie”, pour quoi faire ?

C’est bizarre, je me sens presque coupable — ou un peu con — d’avoir besoin d’écrire sur l’attentat contre Charlie Hebdo. Peut-être parce qu’une voix en moi me répète que ça ne sert à rien et que dans l’absurdité il n’y a finalement pas... Continue →